Retour à l'accueil
Quelques exemples d'initiatives locales :
Les techniques de recherche d'emploi
  1. Le CV
  2. Voici 3 grandes familles de CV, avec pour chacune d’elle, un exemple concret, les avantages et les inconvénients :

     

    Le CV par groupe de compétences est relativement mieux adapté à un public senior, à un public qui a un long parcours professionnel et qui a développé plusieurs domaines de compétences. Celui-ci permet de classer les compétences, de les hiérarchiser, et il permet d’éviter les répétitions ou redondances.

  3. La lettre de motivation
  4. Les demandeurs d’emploi seniors doivent avoir une approche différente des autres candidats. Ils doivent se mettre en amont de l’information ; une fois l’offre publiée, c’est presque déjà trop tard en ce sens qu’ils se trouvent confrontés à un âge demandé qui ne correspondra pas et leur candidature sera mise en concurrence par d’autres candidatures de personnes plus jeunes.

     

    Ainsi, ce qui est conseillé, c’est de réaliser une approche directe soit par une candidature spontanée, soit par un contact téléphonique avec les responsables, ou mieux une rencontre avec des professionnels sur des forums. Le but est d’arriver à devancer l’offre d’emploi, à entrer en contact avec l’entreprise avant que celle-ci ait exprimé clairement son besoin.

     

    Cependant, les candidats de plus de cinquante ans peuvent tout à fait postuler à des annonces même si l’âge requis sur cette dernière ne correspond pas, en effet, pour un recruteur, il y a une grande différence entre l’âge recherché et ce qu’il peut trouver sur le marché ; l’âge indiqué sur une offre devient donc une donnée indicative et non une caractéristique spécifique.

     

    Petit conseil : évitez l’erreur classique de mentionner dans votre lettre de motivation les exonérations, primes, que l’entreprise pourra avoir si elle vous embauche. Il est préférable de réserver cette information lors de l’entretien d’embauche. (En effet, à niveau de compétence égal, l’employeur penchera pour une candidature éligible à une mesure d’aide à l’emploi ; mais cet argument doit être apprécié comme « la cerise sur la gâteau », n’oubliez pas qu’un employeur cherche avant tout un collaborateur et non un moyen d’alléger ses charges !)

     

     

  5. L'entretien d'embauche
  6. Avant d’aborder ce paragraphe, il est important de savoir que les questions déstabilisantes liées à l’âge ont principalement pour but de savoir si vous-même, vous avez un problème avec votre âge. En effet, à la lecture de votre CV, en parcourant la rubrique « expériences professionnelles », on peut se faire une idée de votre âge (en supposant que vous ne l’ayez pas clairement annoncé sur votre CV).

     

    Les questions qui vont suivre peuvent n’avoir que pour but de tester votre résistance au stress, de voir si vous êtes à l’aise avec votre âge.

     

     

    Exemples de questions/réflexions déstabilisantes liées à l’âge :

     

     

    1. «  Vous allez intégrer une équipe jeune, vous avez plus de cinquante ans, vous n’y arriverez jamais ! »

     

    Conseils :

    • Pour répondre à cette question, appuyez-vous sur une expérience passée, cela crédibilisera votre discours. (Ex : « lors de ma dernière expérience professionnelle, je travaillais dans une équipe jeune, ou j’étais chargé de…. »).
    • Insistez sur ce que vous pouvez apporter aux jeunes en collaborant avec eux : L’expérience que vous possédez vous donne une certaine valeur, un recul sur les choses, cela permet de tempérer le caractère souvent « fougueux » des jeunes sans expérience.
    • Mettre en valeur l’accompagnement, le tutorat, le travail en binômes, le développement des compétences des jeunes dont vous pourrez avoir la charge.
    • Important : Argumentez toujours vos réponses, donnez systématiquement des exemples concrets.

     

     

     2. «  Vous êtes réfractaire aux changements et, plus particulièrement aux nouvelles technologies »

     

    Exemple de réponses possibles :

    • « Lors de ma dernière expérience professionnelle, j’ai été formé au logiciel Quadratus, que j’ai mis en pratique en créant des tableaux de bord…. »
    • « En tant que demandeur d’emploi, j’ai saisi l’opportunité d’une formation en bureautique, en effet, je maitrise parfaitement Word et Excel.... » (Ce n’est pas parce que l’on est demandeur d’emploi que l’on n’est pas actif !)

     

     

    3. «  Vous ne désirez plus évoluer »

     

    Le refus d’évoluer vient davantage du tempérament et non de l’âge. (N'y a-t-il aucun chef d’entreprise et responsable de cet âge ? Soyons sérieux !)

     

    Exemple de réponse :

    • «  Lors de ma dernière expérience professionnelle, j’ai demandé à mon employeur de suivre un Bilan de compétences ; celui-ci m’a permis de travailler en collaboration avec un consultant, les résultats du Bilan sont clairs : ils me confirment (ou m’infirment) dans telle piste professionnelle, et dans ma volonté d’évoluer professionnellement. »

     

     

    4. «  Vous êtes trop gourmand au niveau du salaire »

     

    D’abord, la question du salaire lors d’un entretien doit arriver à la fin dudit entretien. En effet, comment pouvez vous raisonnablement parler du salaire que vous visez si vous n’avez aucune information sur les tâches que vous allez exercer, ni sur le niveau de responsabilité qui sera le vôtre ?

     

    Conseils :

    • Renseignez-vous (auprès des syndicats professionnels, conventions collectives) pour avoir une idée des salaires qui sont d’usage dans tel ou tel secteur, en fonction de critères objectifs précis (libellés de poste, ancienneté, niveau de diplôme etc…).
    • Préférez annoncer une fourchette de salaire plutôt qu’un salaire précis.
    • Parlez toujours en Brut et annoncez un salaire annuel.
    • Concernant le public senior, n’oubliez pas que votre éligibilité à telle ou telle mesure d’aide à l’emploi (ex : CIE, ADE, CAE …) peut être un critère de négociation salariale.
      Exemple : pour l’ADE (Aide dégressive à l’employeur), n’hésitez pas à rencontrer votre conseiller ANPE et lui demander une simulation d’aide.

     

     

    Autres critères de refus des seniors  :
    • «  Ils ne désirent plus travailler ! »
    • « Ils attendent la retraite ! »
    • « Ils pensent être les meilleurs ! »
      (L’expérience que possèdent les seniors leur donne une certaine valeur ; pensent-ils réellement être les meilleurs pour cette raison ?, ou est-ce plutôt le reflet d’une certaine assurance professionnelle ?)
    • «  Ils n’ont plus d’initiative ! »
      Pour avoir de l’initiative, ils veulent d’abord savoir (avant d’agir), c’est l’avantage de l’âge et de l’expérience ; agir avec conscience des implications pour ne pas commettre d’erreurs.
    • «  Ils ne pensent qu’aux moments de pause ! »
    • Manque d’autonomie, et de ce fait, les entreprises considèrent les seniors comme peu flexibles
    • Manque de confiance en l’avenir
    • L’âge ne facilite pas une gestion du personnel (vision dans l’avenir, rendement…)

     

     

    Les critères de sélection des seniors : Pourquoi un employeur aurait-il un avantage à employer du personnel de plus de 50 ans ?

    • Une grande opérationnalité, ainsi que du recul.
      Ayant déjà de l’expérience, une personne expérimentée sera plus vite opérationnelle et donc directement rentable pour l’entreprise
    • Une grande capacité d’analyse
    • Davantage de disponibilité
    • Une motivation plus forte
    • Une plus grande stabilité
    • Meilleur sens des responsabilités
    • L’expérience donne au seniors une « conscience professionnelle »
    • L’éligibilité à certaines mesures d’aide à l’emploi peut favoriser l’emploi des seniors, certaines aides financières (primes, exonérations de charges…) peuvent faire la différence avec un autre candidat non éligible.
      Attention : l’éligibilité à des mesures est à utiliser avec parcimonie, non pas sur un CV, mais plutôt lors d’un entretien d’embauche, si l’employeur hésite entre plusieurs candidatures… l’incitation financière peut faire la différence !

     

Haut