Retour à l'accueil
Quelques exemples d'initiatives locales :
Pourquoi ce besoin de sécuriser mon emploi

Pour redynamiser sa seconde partie de carrière, lui donner un nouvel élan, ou, d’une façon plus générale redonner un sens à sa vie professionnelle.

 

D’une façon générale, la conséquence de ce besoin se concrétise dans le développement d’un nouveau champ de compétences, d’une formation, ou d’une actualisation de ses connaissances.

 

Une politique de sécurisation des parcours en faveur des seniors doit être menée en amont des processus de distanciation ou d’exclusion. Revaloriser la deuxième partie de carrière permet d’accélérer la fonction de transmission des savoirs d’expérience, mais aussi maximise le lien entre celle-ci et les transformations sur le marché du travail.

 

Trop longtemps, le marché du travail français a fonctionné selon le scénario où « tout se joue en début de carrière ». La mise en place de mécanismes de formation ou d’adaptation des salariés seniors devient urgente.

 

De nombreuses études soulignent que la majorité des salariés seniors sont demandeurs d’actions d’adaptation à l’emploi ; après 60 ans, les différences de performance se révèlent très variables.

 

La confusion entre rapidité d’assimilation et rapidité d’exécution pénalise les plus âgés, qui se construisent une logique d’échec et d’évitement des situations d’apprentissage.

 

Les mesures que nous présentons ici, tendent à redynamiser sa seconde partie de carrière, proposent des contextes qui favorisent la motivation, développent le sentiment de compétence. En formation, elles associent la prise en compte des capacités cognitives, des situations d’apprentissage, et de l’expérience.

 

Les seniors sont particulièrement attentifs au suivi des effets concrets de la formation, par exemple, en matière de VAE, ils attendent une logique d’opérationnalité en actes, plutôt que potentielle.

Haut